Hoëdic Power

Publié le par Nanalure

Parce qu'il faut bien commencer...


Hoëdic Power, traduisons de manière approximative "le pouvoir aux hoëdicais d'origine et d'adoption".
Prenons le parti de donner envie, au risque de perdre ce petit paradis, optons pour le partager.
Aux ignorants, sachez qu'Hoëdic est une magnifique et minuscule île du Morbihan située près de ses deux grandes sœurs, Belle-île et Houat (alias le canard) d'où Hoëdic (alias le caneton).
Partir à Hoëdic, en vacances ou juste en week end, c'est d'abord rejoindre le port de Quiberon ou celui du Croisic...
Réussir à arriver à temps pour le bateau, oui car qui dit île, dit bateau (sauf les quelques îles devenues presqu'). Sachant qu'il n'y a évidemment pas autant de bateau que de métro...ça se prépare!
Faire le plein de victuailles pour se régaler sur place.
Accepter (avec délice...) d'abandonner la voiture.
Apprécier la traversée d'une heure et demie, respirer la mer, l'iode à plein poumons.
Saisir l'occasion de décompresser, après souvent un long trajet en voiture, soit dans les embouteillages (en été), soit dans la chaleur pressante du chauffage (en hiver).

Partir à Hoëdic, c'est surtout accepter de se couper du reste du monde ...

Sur Hoëdic, point de voiture, point de route, juste un tracteur... A peine 80 habitants en hiver, mais combien de plus en été? Entre les voileux, qui mouillent leur bateau sur la plage du Vieux Port, les campeurs, qui envahissent les dunes: un joyeux mélange en été.

Sachez que si l'envie vous prend de boire un pot dans un des trois bistrots de l'île ( oui 3 cafés pour 80 habitants en hiver... ça laisse dubitatif) justement si l'envie donc vous prend en hiver, attention de faire le bon choix, car en ce frais matin vous risqueriez de vous faire entendre dire "on sert pas de chaud ici" et d'être au kir cassis dès 10h du mat, avec le pack "coupe-vent bonnet écharpe", à peine reveillé. Ca a son charme, mais c'est rude!

En été, comme ailleurs sur la côte, il est possible de se dorer la pillule. Et, pour l'exotisme, une des criques de l'île se nomme Tahiti!
Mais ici l'art majeur c'est : la pêche.
Les palourdes, cachées sous le sable, à gratter, à consommer sur la plage avec un petit vin blanc, sinon cuites farcies...
Les mois en "bre", les huîtres rouleuses, ramassable à la main, dans les flaques entre les rochers, à marée basse.
Les couteaux, les "couyoukezec"..., qui giclent quand on marche près de leur trou.
La pêche à la morgate, où pour le baptême, il faut venir habillé en blanc, pour être certain que vous rentrerez bien noir, aspergé par l'encre des seiches.
Les crevettes, les trophées pris au Bao, les bars, les mulets, et autres Dorades (même royale parfois!!) ramenés de la pêche sous marine.
De quoi s'occuper et surtout se régaler.
Pour les journées de pluie (ça arrive) un seul programme : rester enfoui sous la couette à bouquiner et sortir son nez juste pour respirer le bon air avant de se recoucher.
Rien d'extraordinaire ou de bling bling.
Juste un endroit calme, reposant, isolé, nature avec des plaisirs simples et des tonnes de souvenirs iodés.

Une fois le séjour terminé, le retour souvent par le bateau du matin, sert de sas de décompression, avant le retour à la vraie vie.
Aimer la mer, la bretagne, cet endroit. En avoir besoin.
C'est peut être ça aussi : Hoëdic Power!








Découvrir Hoëdic

Publié dans allez-y!

Commenter cet article