Ah, la fameuse rigueur

Publié le par NanaLure

C'est difficile de tenir un blog...
D'être régulier, intéressant et cohérent...

Toutes mes excuses pour ce long "silence".

La vie file, les jours passent et moi, je me disperse.
Qualité numéro un: la dispersion
Qualité ou défaut, le premier m’arrange…
Donc contre vents et marées, malgré les aléas, les évènements, les surprises, le quotidien...
L'objectif numéro un sera désormais: se canaliser et se remettre à écrire, pour l'exercice, pour la rigueur aussi!

On commence plein d’idées et de bonne volonté.
Y'a même des soirs où je m'endors en écrivant (mentalement seulement... malheureusement) de futurs articles.
Mais au petit matin... nichts, nothings, plus rien, oublié.
Et le texte et la motivation.
Mais comment font-ils tous ces bloggeurs pour rester assidus...
Quoique il y a quand même un bon paquet de trucs pourris pourris, avouons le.
Où alors ça se fait pas? Ben ouais désolée mais y'a quand même un paquet de merdouille sur les blogs.
Alors finalement je me dis qu'il vaut mieux un "long silence" que des articles tout nazes.
Loin de moi l'idée de dire que TOUT est naze. Y'a même des trucs extrêmement chouette, surprenant, intéressant, innovant etc.

Le problème c'est l’objectif d'un blog. Mon objectif c'était d'être lu, visité, de partager des points de vue.
Mais au final, je suis autant visité depuis que j'ai arrêté d'écrire régulièrement alors forcément, je manque de stimulant!!

On m'avait suggérer comme sujet : les fins de concerts... et les fameux rappels d'artistes.
Et oui on peut pas toujours s'ancrer dans l'actu, en sortir ça fait même un sacré bien.

Y paraît qu’Aznavour prévient dès le début :
 «  Chez moi y’a pas de rappels, mais le concert dure longtemps »

ou Comment gâcher la fête...

Au Burkina, à Ouaga, chaque Vendredi,  il y a la cérémonie de
la fausse fuite à cheval du Mogho-Naba (prononcé le "moronaba") alias l'empereur des Mossis ( l'ethnie majoritaire du pays).
Tout le monde connaît l’histoire mais elle se répète chaque vendredi. C’est un rituel. Chacun essaie de le retenir, de l’empêcher de partir.
Et rien ne trouble cette fête.
Le Mogho-Naba ne dit jamais «  Aujourd’hui je ne vais pas encore faire semblant de partir puisque vous savez tous que je vais revenir… »

Lorsque l’on va à un concert, on sait qu’à un moment le chanteur et ses musiciens vont partir.
On sait qu’on va avoir un moment de doute
«  Quoioioi déjà finit ? Oulala trop court. Tu crois qu’ils vont revenir ? »
Tout le monde doit se la poser cette question.

Et du coup tout le monde applaudit, appelle, rappelle.
Le chanteur se fait prier. 1 minute, 3 minutes, 5 minutes.
«  Mais qu’est ce qui fout ? C’est vraiment finit ? »
Et là…
Ils reviennent, bien sûr.
Peut même y avoir plusieurs rappels.
Jusqu’au dernier, où l’on garde l’espoir secret.
Le processus se remet en place, les applauses, les cris…
Sans plus toujours y croire…
Et là…
La lumière se rallume.
« Aaaarrrrgh, c’est vraiment fini ! »
« C’était bien ! »

Un concert sans rappel, c’est comme un frigo vide. C’est triste*

 (Au passage Thomas Fersen concert Ukulélé +++ - voilà j’me disperse).

Je m'étais fixé de blablater sur les sujets des groupes de Facebook, mais je n'y arrive plus, pour le moment!


De la fenêtre, l'Océan Indien est toujours aussi magnifique... ne jamais l'oublier.
Et se concentrer sur l'essentiel.

*à écouter Bzzz,
Java, Safari Croisière

Publié dans Coups de gueules

Commenter cet article