Ceux à qui on demande souvent : "mais c'est quoi exactement ton métier ?"

Publié le par Nanalure

Expliquer son métier n'est pas toujours une chose aisée.

Et ce n'est pas quelque chose que l'on nous dit enfant... imaginez dire aux enfants qui rêvent déjà de leur futur métier:
"Alors, tu vas choisir un métier que les gens connaissent, facile à expliquer ... pour pas être embêter à leur expliquer..."
Ridicule, évidemment.
Mais peut être pourrait-on leurs dire plutôt:
"Si tu rencontres une personne dont tu ne connais pas le métier, demande lui des explications, c'est interessant la variété de metiers qui existent, et surtout essaie de bien retenir l'explication"

Depuis que je travaille c'est à dire depuis 6 ans, les deux métiers que j'ai exercé ont été problématique.
A la fameuse question:

"Mais c'est quoi déja ton metier? J'ai jamais vraiment compris!"
La première réponse fut:
"- Je suis monteuse ( en plus bizarrement, ce métier au féminin, ça n'a pas la même connotation, j'ai parfois eu l'impression de dire " strip teaseuse"...)
- et tu montes quoi? Des chevaux?
- je fais du montage.
- en usine?
- non montage video
- Ah!"
Ce qui veut dire que les fois suivantes, j'adopte la version simplifiée:
"- Je travaille à la télé, j'aide les journaliste à organiser les images qu'ils ont filmées pour en faire un sujet pour le journal!
- Ah, d'accord...(perplexe)"
Mais parfois, j'ai carrément le droit au très agréable:
"Je croyais que t'étais journaliste!"

Depuis, j'ai eu l'occasion de partir au Burkina, sur un projet d'aide au developpement, l'initiation à l'informatique, avec comme statut Volontaire. Et oui, j'aime la difficulté, et là plus moyen de se la péter en disant "je travaille à la télé".
Et quand bien même, je rentre souvent dans les détails:
"On a imaginé et concrétisé un projet, c'est un bus itinérant, à bord duquel on a installé une salle informatique, on initie  les lycéens et la population, c'est grâce à mon statut de volontaire que je peux vivre et travailler là-bas etc..."
Le résultat est invariablement:
"Alors c'est bien ton projet humanitaire en afrique, c'est où déja? Sénégal, Mali?"


Vive les raccourcis.

Evidemment, médecin, coiffeur, secrétaire, avocat, infirmier, journaliste, cosmonaute; c'est clair, net et précis. Mais dès que l'on sort des professions dites " classiques", plus personnes ou presque ne fait d'efforts.

Et depuis peu, je goûte au fameux:
-Tu fais quoi comme métier?
- en ce moment rien,
- ah bon! tu travailles pas?

- non je viens d'accoucher. Je m'occupe de ma petite fille,
- mais quand est ce que tu vas reprendre le travail?
- ça fait 4 mois... faut pas déconner ! Et puis ça prend du temps.
- mais tu peux pas rester comme ça sans rien faire!

Mais allez y faites des gosses, et puis après on en reparle!
Je n'aurais jamais pensé avoir à défendre le statut de femme au foyer, mais c'est terrible la pression sociale qui existe. Ne pas travailler c'est improbable, j'imagine que ça doit être pire en tant que chômeur ("quoi mais t'as toujours pas trouvé de boulot!!").
Je trouve vraiment que se pauser, après l'accouchement, auprès de son bébé (père ou mère d'ailleurs) est un luxe très agréable certe, mais qui n'a rien à voir avec de l'oisiveté.


Bref, bref, bref, finalement, peut être sous la pression, peut être par confort, direction les concours, pour essayer d'apprendre à apprendre, et finalement avoir ainsi un métier facile à expliquer.
La prochaine fois, à la fatidique question, je répondrais peut-être:

"Je suis maîtresse"

www.rfo.fr
www.bibliobrousse.com
www.bebe-au-naturel.fr

Publié dans Anecdotes

Commenter cet article